Le Club

Le Royal Triathlon Lille est un jeune club, créé en 2000 par son président honoraire Jean-Paul Delbert. Le champion Olympique Alain Mimoun(+) est le président d’honneur. 

Pour ses 20 ans le RTL devient le RTM : Royal Triathlon Marcq

Le Royal Triathlon Marcq

Le Bureau au 1er Juillet 2020:

– Présidente : Louise Delbert
– Secrétaire : Dominique Fache
– Trésorier : Régis Gossaert
– Communication : Jean-Paul Delbert
– Entrainement : Christophe Terzi
– Logistique : Charles Marchand

 

Activités : Cyclisme, Natation eau libre, CAP, Paddle…

 

Notre club a participé et complété  :

  • 104 marathons internationaux
  • 98 triathlons dont 12 distances “70.3” et 2 “ironman”
  • 134 semi-marathons
  • 8 marathons des sables
  • Une traversée du Hoggar
  • Une ascension du Mont Blanc
  • Un passage du Cap Horn

Associant trois sports d’endurance,
le triathlon associe également trois milieux de pratique :

Natation (eau) : généralement en eau libre, c’est-à-dire en dehors de l’ambiance rassurante d’un bassin de natation avec lignes d’eau et marques au fond, la natation peut avoir lieu en mer, en lac ou étang, voire en rivière (dans le sens du courant).
Cyclisme (air) : le plus souvent sous forme de contre la montre individuel, donc exempt d’abri du peloton (chaque coureur doit respecter un écart de 12 mètres minimum avec le concurrent qui le précède ; les dépassements doivent être effectués avec un écart latéral de 3 mètres).
Course à pied (terre) : il s’agit d’une course de fond sur route ou sur chemin.

L’enchaînement des 3 épreuves sans pause de la part des concurrents leur impose, en plus d’être performants dans chacune des disciplines, d’effectuer des transitions rapides entre chaque épreuve. Les compétiteurs doivent ainsi enlever le plus rapidement possible leur combinaison de natation à la sortie de l’eau et enfiler leur casque (obligatoire) avant de sauter -au sens propre le plus souvent- sur le vélo. Ils doivent de même descendre de manière efficace de leur monture une fois la partie cycliste effectuée et enfiler le plus vite possible leur chaussures de course à pieds. La rapidité à effectuer les deux transitions (noté souvent T1 et T2) peut s’avérer déterminante sur des triathlons courts, en particulier lors de ceux autorisant le drafting : « attraper le bon paquet à vélo » est alors très important, et une mauvaise transition peut coûter de précieux efforts pour revenir dans le peloton.

Mais le grand Big Bang du triathlon viendra d’Hawaii. En 1977 dans le bar « Le Primo » à Honolulu, John Collins, Capitaine de Vaisseau Vétéran de l’US Navy, lance un défi aux cadets de la Marine qui viennent de battre son équipe de Vétérans dans un relais, l’Oahu Perimeter Relay Race. Il leur propose d’enchaîner 3 épreuves parmi les plus dures d’Hawaii : la Waikiki Rough Water Swim (3,9 km de natation), l’Around Oahu Bike Race (179 km de vélo), le Marathon d’Honolulu (42,195 km de course à pied). Le 18 février 1978, 15 candidats s’élancent dans cette folle aventure pour le titre « Ironman » (homme de fer). Le premier à franchir la ligne d’arrivée fut Gordon Haller en 11 h 46 min 58 s. Ils seront 12 à terminer l’épreuve. Le triathlon a construit sa légende.